jeudi 8 mars 2012

Qu’est que c’est le curriculum bimodale?

Voir la présentacion multimédia
Introduction: Nouvelle Culture, "i-Personne» et de l'Éducation
Il ya plusieurs années nous sommes entrés dans une nouvelle ère, l'ère d'Internet, avec une nouvelle culture qui s'écarte clairement de la culture contemporaine des XIXe et XXe siècles, et depuis lors, nous vivons «le plus grand changement social dans l'histoire humaine" (Partal, 2001 )
Comprendre la culture comme «l'ensemble des représentations, des règles de conduite, les idées, les valeurs, les formes de communication et de comportement appris (pas inné) qui caractérisent un groupe social" (Quintanilla, 1992), la mondialisation économique et les progrès constants culturels et scientifiques, en particulier la construction du cyberespace, ont effectué des changements profonds dans notre substrat culturel formant un "nouveau paradigme technologique organisé autour de technologies de l'information" (Castells, 2000:60).
Donc, aujourd'hui, parmi les instruments que la plupart d'entre nous ont TOUJOURS disponible quand nous construisons l'apprentissage ou la réalisation d'une tâche, à côté du crayon et du papier traditionnel nous avons aussi accès à Internet (via les téléphones mobiles, tablettes numériques, ordinateurs ...). L'Internet nous permet de localiser n'importe quel type d'information nous avons besoin et multiplie nos possibilités de communiquer et de travailler dans le cyberespace, ce monde parallèle où l'on peut faire plus de choses et, par conséquent consacrer plus de temps chaque jour.
L'Internet est devenu si important que, dans certains de ses rapports l'ONU a considéré «l'accès gratuit à Internet" comme un droit humain et fait la promotion des actions gouvernementales contre la «fracture numérique» (El Mundo, 2011).
Les changements dans notre contexte vital sont importants et nous obligent à relever de nouveaux défis, mais aussi nous fournissons de nouvelles ressources et de nouvelles possibilités. L'accès (presque) permanent à l'Internet nous donne accès à un monde parallèle alternative où nous avons la chance de faire la plupart de nos activités. C'est comme si notre cerveau avait été élargi avec un nouveau lobe (le lobe Internet) qui peuvent TOUJOURS accéder à toute information qui nous intéresse. Ce n'est pas le résultat d'une mutation et ne nous donne pas omniscience, mais c'est certainement un important saut évolutif dans l'évolution humaine. Maintenant, certaines personnes (spécialement ceux qui peuvent être identifiés avec ce qu'on a appelé le «i-Personne», c'est-à-dire, les gens qui ont intégré i-périphériques, tels que l'i-Phone, i-Pad…, dans leur la vie quotidienne) sont potentiellement beaucoup plus puissant que les autres "Homo Sapiens" parce qu'ils sont mieux s'adapter à notre nouvelle scène culturelle (Marquès, 2011 b).
Dans ce cadre, l'Éducation, aujourd'hui comme toujours, vise à aider les élèves à développer leur plein potentiel (intellectuellement, émotionnellement, moralement, physiquement, etc) et les transmettre la culture de notre société, afin qu'ils puissent devenir des membres fonctionnels de la société, aider les autres et de vivre une vie satisfaisante eux-mêmes.


Cette fonction de transmission de la culture, cependant, nécessite un examen approfondi du curriculum que nous développons dans les écoles. Si aujourd'hui nous avons une «nouvelle culture», de nouveaux outils et de nouvelles formes de communication nous ne pouvons pas poursuivre la formation et l'évaluation des élèves avec les objectifs, les instruments et les procédures du passé.
Et de la même manière que jusqu'aujourd'hui l'éducation avait pour but de nous aider à profiter de la formidable potentiel de notre cerveau (pour communiquer, lire, calculer, créer, vivre ...), maintenant il faut aussi nous aider à faire la même avec l’Internet omniprésente, à laquelle nous avons toujours l'accès et qui nous libère de mémoriser beaucoup de choses (et nous disons un grand nombre, pas tous), mais aussi nous oblige à développer de nouvelles compétences si nous voulons éviter certains risques comme la dépendance , la désinformation, la pensée profonde, etc (Carr, 2010; Marquès, 2011)


Parce que bien qu'il ait été dit que les nouvelles générations, les "digital natives" comme les appelle Marc Prensky (2010), sont très habiles à utiliser les TIC, la vérité est que cette capacité ne se manifeste que dans ce qui les intéresse (jouer, rechercher de la musique et des films, d'interagir sur les réseaux sociaux ...).  Bien que plusieurs fois nous pouvons voir les caractéristiques que Prensky souligne (comme la prédisposition pour le multithreading, l'interaction dans les écrans, le partage, l'accès à l'information non linéaire avec une préférence pour le texte par rapport multimédia .. .), la plupart d'entre eux ne sont pas familiers avec la plupart des risques du cyberespace et ne savent pas comment choisir les outils les plus efficaces et les méthodes pour faire leurs devoirs. C'est parce que le développement de bon jugement nécessaire pour la sélection de l'information et des outils nécessite une formation et beaucoup de temps de pratique, et ceux-ci ne sont pas promus dans les écoles où peu d'attention au cyberespace, même si lorsque le cyberespace est devenu aujourd'hui un monde parallèle où les étudiants (et les citoyens de plus en plus de tous les âges) passent de nombreuses heures par semaine. Devrions-nous commencer à penser de compléter les sujets classiques de la «Sciences Naturelles» et «Sciences Sociales» avec un nouveau sujet, la «Science du cyberespace"?

Qu'est que c'est  le curriculum bimodale? (ou approche bimodale au curriculum)
 Le changement de scénario culturel de l'Ère d'Internet nous oblige à évoluer dans le « i-Personne », toujours connecté à Internet. Maintenant, chaque fois que nous avons à mener à bien une tâche, nous pouvons (presque) toujours aller sur le net et trouver l'information dont nous avons besoin dans un Internet de plus en plus stable et rapide.
Nous pouvons le faire à condition que nous savons «comment chercher», c'est-à-dire, comment le faire efficacement et dans un temps limité, pas passer des heures dans la clarification des concepts sources de référence (comme Wikipedia et autres). Donc, en plus de savoir comment chercher, nous avons besoin d'avoir un bon vocabulaire, qui va nous libérer de devoir être constamment à la recherche des mots dans les encyclopédies et autres ouvrages de référence sur l'Internet. Ici, si nous nous souvenons d’avoir pris des expériences similaires antérieures, ça sera mieux.
Dans ce scénario, une fois que les compétences de base en lecture, écriture et l'arithmétique ont été tirés, adopter le curriculum bimodale c'est accepter que presque toutes les activités d'apprentissage de nos étudiants sont de deux types: activités de "mémorisation" ou activités  «pratiques, de faire, d'application",  Et ici «faire» signifiera toujours faire avec le support de leur "mémoire auxiliaire", avec leurs notes de cours, des livres ou sur Internet. Voyons maintenant en détail ces deux types d'activités du curriculum bimodale:
1. - Les activités de  mémorisation. Ce sont des activités qui se concentrent principalement sur l'acquisition du vocabulaire et des données (concepts,  événements, gens, tables de multiplication, orthographe ...), que même dans notre Ère de l'Internet restent essentiels pour les personnes: à penser (nous pensons à l'aide "de notre vocabulaire"), à comprendre ce que nous lisons ou que nous dit-on, à communiquer avec les autres, chercher sur l'Internet et à comprendre leur contributions ...
Dans ce contexte, pour chaque sujet et le grade, l'enseignant décidera au début de cours les 50 ou 100 concepts (processus, événements, personnages ...) que les élèves doivent mémoriser et intégrer dans leurs cadres mentaux (à savoir, de comprendre, d'utiliser, pour pouvoir expliquer) d'ici la fin du cours. Ces concepts feront la liste du vocabulaire et des données essentiels. Eventuellement, l'enseignant va également préparer une deuxième liste de mots et les données qu'il ne juge pas essentielle, mais désirable pour les étudiants de connaître, ce sera le vocabulaire et liste de données souhaitables. Les étudiants recevront ces listes au début de cours et ils sauront dès le début ce qu'ils sont censés de connaître d'ici la fin du cours.
 Dans chaque session du cours, une partie de cette liste sera systématiquement travaillé, avec des activités d'apprentissage multiples (individuel, groupal et collaboratif) orientées à mémoriser ces contenus, comme par exemple pour des exercices avec le glossaire, les centres d'intérêt, le travail de projet ... Probablement les enseignants continueront de faire de nombreux exercices qui ont été "traditionnellement" faits à l'école, mais nous pouvons utiliser toutes sortes de méthodologies (traditionnelle ou innovante, avec ou sans TIC), en tenant compte que l'objectif pour les élèves est comprenne, mémoriser et à intégrer dans leurs cartes mentales de cette information... de sorte qu'ils soient capables de reconnaître ces mots (dans les documents et les discours oraux), d’utiliser ces mots (dans la pensée, la parole et l'exécution d'autres activités) et de les expliquer (définir chacun des mots de ce vocabulaire, de manière appropriée à leur âge et le grade ).
Nous savons que les gens se souviennent facilement l'information qu'ils utilisent souvent. C'est pourquoi nous devons donner la chance aux élèves d'utiliser ce vocabulaire et ces données, afin qu'ils puissent l'apprendre par la réalisation d'activités nouvelles (nouveaux définitions, des relations, la création littéraire ...) nécessitant son utilisation (fonctionnalité et le transfert de l'apprentissage) et étant présenté avec des questions qui nécessitent concernent, réfléchir ...
Bon nombre des activités d'apprentissage axées sur le vocabulaire à mémoriser et des données se fera sans support informatique, mais la consultation  et l'étude du contenu des médias et la pratique avec des exercices auto-corrigés des «libres numériques» et d'autres plates-formes éducatives d’Internet ça sera d'une grande aide pour les enseignants et les étudiants.

2. - Activités pratiques pour l'application des connaissances. Ce sont des activités impliquant l'exécution d'une tâche (résoudre les problèmes, analyser des phrases et des processus, évaluer les situations ou les matériaux, planifier et développer des projets, synthétiser, créer...). L'approche du curriculum bimodale exige que les élèves soient TOUJOURS en mesure de faire ces activités pratiques avec le soutien de leur "mémoire auxiliaire", c'est à dire, en consultant ses notes, livres, Internet...  L'enseignant décidera dans chaque cas quelles sources d'information peuvent être utilisées.
L'objectif est que les élèves s'habituent à travailler avec des supports qui sont toujours présents dans l'Ère d'Internet (notes, livres, Internet et autres outils informatiques). Bien sûr, toutes les tâches auront un temps spécifique qui doit être respecté, afin que les étudiants qui ne possèdent pas le vocabulaire essentiel et qui n'ont aucune expérience dans des tâches similaires vont très probablement pas en mesure de terminer la mission dans le temps, car chercher et trouver de l'information sur Internet prend du temps.
Dans les activités pratiques, certaines activités de développement psychomoteur, d'agilité mentale ou de développement des fonctions cognitives dans lesquels la consultation de ces sources ne contribue en rien, ou tout simplement c’est impossible en raison de la nécessité de répondre immédiatement. Ce ne sont pas activités du mémorisation en elles-mêmes, mais doivent cependant être exécuté avec les ressources que chaque élève a à sa disposition dans leur mémoire, comme par exemple le calcul mental ou l'identification d'éléments dans une photographie.
Les activités pratiques avec l'appui documentaire parfois seront faites   individuellement, afin de renforcer l'autonomie des élèves et la confiance en soi, et parfois seront faites dans les groupes, afin de promouvoir le soutien mutuel et le travail collaboratif. En tout cas, dans ces activités, les élèves ne doivent pas mémoriser des données (car ils ont déjà les données sur le net), mais ils vont acquérir de nouvelles expériences qui laisseront une marque sur leurs mémoires, de sorte que leur souvient à l'avenir renforcera leur auto- confiance, et ils trouveront plus facile de faire tâches similaires.
Effectuer la même activité dans des contextes différents au fil du temps leur permettra d'accumuler des expériences qui enrichiront leur "savoir-faire" (savoir faire ce qu'ils viennent d'apprendre ou de lire dans un manuel) et de leur fournir "critères" pour régler de mieux en mieux leur " savoir-faire "dans le contexte dans lequel ils doivent travailler.
En outre, avec l'exécution de ces activités, les élèves doivent appliquer divers aptitudes cognitives (analyse, synthèse, raisonnement hypothético-déductif, l'évaluation, l'exploration, la sélection, la création, la planification ...) et  ils vont développer leurs capacités intellectuelles et les compétences de base dans général.
Dans ce contexte, pour chaque sujet et le grade, l'enseignant a décidé au début de course, les activités pratiques que les élèves devraient savoir comment effectuer d'ici la fin du cours (liste des activités pratiques fondamentales). Eventuellement, il va également préparer une deuxième liste avec des activités pratiques avancées. Les étudiants recevront ces listes au début de cours et aussi ils sauront ce qu'ils doivent connaître d'ici la fin du cours.
Dans leurs classes les enseignants peuvent appliquer toute sorte de méthodologies (traditionnelle ou innovante, avec ou sans TIC), mais ici l'utilisation des ressources informatiques permettra d'élargir considérablement (en quantité, potentiel éducatif et pertinence de l'apprentissage) l'éventail des activités d'apprentissage que nous pouvons offrir aux étudiants.
L'approche du curriculum bimodale s'inscrit dans le cadre de la théorie connectiviste de l'apprentissage du George Siemens, qui met l'accent sur la nécessité aujourd'hui de connaître et de relier les sources changeantes d'information. Les données que nous mémorisons peuvent devenir obsolètes demain, mais les bonnes sources d'information seront toujours prêtes pour nous fournir des informations à jour. «L'apprentissage (définie comme la connaissance applicable) peut être en dehors de nous» (Siemens, 2004). La connaissance n'est pas seulement à l'intérieur des humains, mais se propage également à travers de multiples sources d'informations que les élèves doivent apprendre à utiliser en fonction de leurs intérêts et besoins.
Sur la même ligne, le professeur Manuel Area souligne: "Avec tellement d'informations disponibles, il est plus utile de connaître à tout moment la meilleure procédure pour obtenir la bonne information que de stocker des données qu'il peut être utile dans l'avenir" (Area, 2008).

Comment sont les examens dans un curriculum bimodale?
Selon le type d'activités d'apprentissage dual du curriculum bimodale, nous considérons deux types d'examens:
 1. - Examens de mémorisation. Des exercices pour vérifier que les élèves ont appris le vocabulaire de base et les données de l'objet et qu'ils sont en mesure d'expliquer: listes essentielles et désirables de vocabulaire et de données (la connaissance de la liste désorable permettra d'obtenir un score plus élevé).
Comme jusqu'à présent, afin de passer l'examen, les étudiants devraient étudier avant le jour de l'examen afin de renforcer leur connaissance des concepts mémorisés. Et a l'examen, ils doivent fournir des informations sûr personnes et événements, définir des concepts et des processus ...
 2. - Examens avec des exercices pratiques avec le soutien de la "mémoire auxiliaire" (les étudiants peuvent avoir accès à leurs notes, livres, Internet ...). Ces examens comprennent des activités telles que la résolution de problèmes, l'analyse, la grammaire, les commentaires de texte, des résumés de documents se rapportant des faits historiques et les circonstances ... Ils se réfèrent aux listes fondamentales et avancées des activités pratiques. Les activités avancées leurs permettra d'obtenir un score plus élevé.
 Les enseignants précisent un temps limité pour chaque examen. Il est recommandé que les examens comprennent des activités pratiques (obligatoire pour tous) et d'autres activités complémentaires, avec des exercices avancés (pour ceux qui souhaitent obtenir un score plus élevé).
Dans ces examens, les élèves qui font généralement tous les exercices et les devoirs de classe en utilisant leur support documentaire ("mémoire auxiliaire") n'auront pas besoin d'étudier pour préparer l'examen. L'examen sera semblable à un exercice de classe et les élèves seront capables d'utiliser leur "mémoire auxiliaire": notes, livres et (si l'enseignant lui permet) de l'Internet.
Notre proposition de départ, dans l'enseignement obligatoire et que chaque enseignant peut adapter à l'objet, le grade et les circonstances, est que les examens de mémorisation (vocabulaire et de données) se situe entre 33% et 50% du score total du sujet.

Qu'entendons-nous par "mémoire auxiliaire"?

Avec une connexion d’Internet permanente, le "i-Personne» peut toujours accéder aux vastes sources d'information dans le cyberespace pour rechercher et trouver les données nécessaires à tout moment. Lorsque, par exemple, nous regardons un film historique et nous voulons placer un personnage dans son contexte historique et les références historiques que nous nous rappelions, nous pouvons rapidement accéder à cette information sur notre Smartphone ou tablette. Si nous sommes des bons à  rechercher sur Internet (l'une des principaux enseignements qui devraient assurer l'école aujourd'hui), en quelques secondes nous allons obtenir la réponse. Comme Dolors Reig dit, "l'Internet devient notre disque dur externe, l'endroit où nous stockons beaucoup de choses avant que nous ne pouvait apprendre" (Reig, 2012). En ce sens, aujourd'hui, Google est déjà devenu notre mémoire externe toujours disponible.
De cette façon, nous pouvons changer notre façon d'apprendre: on peut conserver les informations directement dans nos cerveaux ou de rappeler que c'est sur Internet (et parfois même se rappeler où sur Internet, il est). Selon une étude menée par Betsy Sparrow, professeur assistant de l'Université de Columbia (New York), publiée dans la revue Science, que l'Internet offre une sorte de mémoire collective, les gens arrêtent de se rappeler les informations dont ils savent qu'ils peuvent accéder à partir de leur ordinateur, mais ils prennent bien soin de se rappeler où le trouver (Sparrow et al., 2011). C'est, nous avons tendance à stocker moins d'informations dans notre banque de mémoire du cerveau et d'utiliser Internet en tant que banque des données personnelles, comme une "mémoire auxiliaire externe". En outre, le cerveau se souvient encore des spécificités des questions qui nous intéressent.
Comme George Siemens dit: "La technologie modifie (recâblage) nos cerveaux. Les outils que nous utilisons définirent et façonnent notre façon de penser. Grand nombre des processus qui étaient précédemment traitées par les théories d'apprentissage peuvent désormais être effectués, ou soutenues par la technologie.». «Savoir que et  savoir pourquoi sont complétées de savoir où (la compréhension de l'endroit où trouver les connaissances requises)» (Siemens, 2004). Le tuyau est plus important que son contenu.
Selon Siemens, si elle est un défi pour activer les connaissances acquises précédemment dans des situations où nécessaire, lorsque la connaissance qui est nécessaire n'est pas connue, notre capacité à connecter à des sources qui peuvent fournir cette connaissance devient essentielle. Comme la connaissance se développe et évolue, notre capacité à apprendre ce que nous pouvons avoir besoin demain est plus important que ce que nous connaissons aujourd'hui, l'accès à ce qui est nécessaire est plus important que ce qui est déjà connu. Par conséquent, «nourrir et maintenir des connexions est nécessaire pour l'apprentissage continu» et «la capacité de voir les connexions entre les champs, des idées et des concepts est une compétence clé." (Siemens, 2004).
Dans ce contexte, nous devons considérer que la recherche d'informations sur l'Internet prend toujours du temps. Par conséquent, malgré la disponibilité continue du contenu d'Internet, pour faciliter notre accès à l'information (documents, liens, vidéos ...), les contacts (personnes, réseaux ...) et des outils d’Internet qui sont davantage liés à nos activités régulières, une bonne option est de construire un environnement (web, blog, wiki ...) où nous pouvons stocker et ordonner toutes ces ressources que nous trouvons, de sorte que lorsque nous en avons besoin, nous pouvons les trouver beaucoup plus rapidement.


Nous appelons cet environnement "mémoire auxiliaire" ou "mémoire améliorée". C'est comme une bibliothèque-calendrier-atelier qui peut être rempli (comme nous le faisons avec notre mémoire) avec des données et des outils pour le traitement de l'information, et quand nous en avons besoin, nous pouvons y aller pour chercher des informations ou de travailler avec nos outils. Pour l'auteur de cet article, sa mémoire auxiliaire est ce site: <http://peremarques.net/>
Lorsque nous ne trouvons pas ce que nous avons besoin dans notre "mémoire auxiliaire", nous sommes encore en mesure de rechercher des informations sur l'Internet en utilisant les moteurs de recherche et aussi de demander à nos collègues dans nos réseaux sociaux.
La "mémoire auxiliaire" est un environnement personnel que les étudiants devraient commencer à construire à l'école, peu à peu. Les jeunes étudiants peuvent commencer avec un cahier, un dossier ou d'un portefeuille où ils peuvent recueillir des notes et des coupures de d'intérêt. Plus tard, les élèves peuvent commencer à créer leur premier environnement numérique personnel sur l'Internet. Lors de l'application de l'approche du curriculum bimodale, la "mémoire auxiliaire" sera immédiatement utile, car elle peut être utilisée comme un support pour les activités pratiques et aussi comme un «vade-mecum" où les élèves sont capables de synthétiser le vocabulaire et les données qu'ils ont à mémoriser.
En fin de compte la question est que les élèves construisent leur mémoire (sa représentation de la réalité, du monde), comme toujours à partir des informations qu'ils reçoivent, de leur apprentissage, leurs actions et leurs expériences…, mais maintenant ils diffuser cette information entre l'espace habituel de " la mémoire du cerveau "et le nouveau, l'espace toujours accessible que nous appelons« mémoire auxiliaire ".
Le concept de "mémoire auxiliaire" est proche de ce qu'on appelle les «environnements d'apprentissage personnels» (PLE): "un ensemble d'outils, de sources d'information, des liens et des activités que la personne utilise fréquemment pour apprendre» (Adell et Castañeda, 2010) . La "mémoire auxiliaire", cependant, est un environnement qui peut être utile dans de nombreuses circonstances différentes tout au long de la vie (non seulement au cours des activités d'apprentissage): études, travail, loisirs, etc.

Le curriculum bimodale et le test du PISA
"PISA (Programme for International Student Assessment) est une étude comparative et internationale qui évalue les performances des élèves âgés de 15 ans à la fin de la scolarité obligatoire, par le biais de l'évaluation de certaines compétences clés, telles que la lecture, les mathématiques et la science. Ce projet évalue la capacité des élèves à appliquer les concepts et de travail dans diverses situations dans chaque domaine ... »(OCDE, 2009)
Andreas Schleicher, responsable du programme PISA de l'OCDE, résume le nouveau rôle de l'éducation dans le monde d'aujourd'hui où les sources d'information sont toujours à notre portée, "la réussite éducative ne veut plus dire de récupérer la connaissance du contenu, mais d'extrapoler ce que nous savons et l'appliquer à nouveau situations. L’Education, par conséquent, doit faire beaucoup plus avec des modes de pensée, la créativité, la pensée critique, la résolution de problèmes et la prise de décision, avec les méthodes de travail, y compris la communication et la collaboration, avec des outils, y compris la capacité à reconnaître et à exploiter le potentiel des nouvelles technologies, et la capacité de vivre dans un monde aux multiples facettes que citoyens actifs et responsables» (Scheleicher, 2011).
Dans ce contexte, les tests PISA font partie de l'évaluation des compétences basée sur l'apprentissage. Ils évaluent la capacité des élèves à extraire et à traiter l'information dans une situation de résolution de la tâche.
Bien que jusqu'à présent n'ont pas considéré autoriser les élèves à utiliser leur "mémoire auxiliaire", ou toute autre source d'information externe, généralement les tests fournirent les informations de base nécessaires pour effectuer les tâches requises. Ce sont des activités pratiques (pour voir quelques-unes des activités pour la compréhension en lecture et en mathématiques, s'il vous plaît se référer à moins de <http://docentes.leer.es/wp-content/pisa/index2.html> et <http://evalua.educa.aragon.es/ admin/admin_1 / fichier / 20PISA.pdf% Math>). Ces activités n'ont pas l'intention de mesurer la mémoire des jeunes étudiants, mais sont destinés à la preuve que les élèves puissent faire les activités. En outre, l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) affirme que dans un avenir proche certains tests pourront être répondus sur un ordinateur (La Vanguardia, 2012).

Y aura-t moins échec a l'école avec le curriculum bimodale?
Actuellement, il ya beaucoup d'étudiants qui échouent "examens de problèmes" parce qu'ils ne souviennent pas de les formules. Eh bien, à l'approche du curriculum bimodale cela ne se reproduise pas. Les étudiants seulement vont échouer si, même avec l'aide de leurs notes ou de l'Internet, ils ne savent pas comment résoudre les problèmes dans le temps disponible.
En libérant les étudiants de la pression de mémoriser autant de contenu, puisque dans l'approche du curriculum bimodale de nombreux exercices et d'examens (activités pratiques) peut être réalisé avec le soutien de la "mémoire auxiliaire", nous permettra d'éviter que les élèves ayant des difficultés de mémorisation deviennent démotivés (en raison de leur incapacité à se souvenir) et parviennent à faire leurs exercices et passer leurs tests grâce à l'appui de leurs notes et autres sources d'information. En anticipant leur succès ("si je peux me référer à mes sources d'information, je peux le faire"), certains élèves seront motivés à travailler plus et donc en apprendre davantage.
Ceci est le résultat de la recherche menée à l'UAB DIM sur les "nouvelles techniques contre l'échec scolaire" <http://peremarques.pangea.org/casio/> pendant l'année scolaire 2010-11 et qui se poursuivront sur ​​2011-12.
Il est particulièrement triste de constater que beaucoup de ces 30% d'étudiants qui échouent dans leurs études du secondaire échouent en raison de tests de mémorisation, sans avoir été en mesure de prouver que, au-delà de cette limite (souvent, ils n'ont tout simplement pas envie de passer des heures à mémoriser les choses non-sens pour eux), ils ont une capacité (parfois brillante) à développer les compétences nécessaires à l'intégration sociale. Et je dis que c'est surtout triste parce qu'ils sont obligés de mémoriser beaucoup de choses qui ne sont plus nécessaires à la connais par cœur ... parce qu'ils sont disponibles dans leurs i-Phones.

Et comment est le développement intégral des élèves?
 Comme nous avons mentionné dans l'introduction, l’Education  doit assurer la transmission culturelle et doit fournir à chaque personne le maximum le développement de leurs facultés. Pour cela aujourd’hui, comme hier, il faudra effectuer de nombreuses activités différentes des activités de mémorisation et des activités pratiques avec l'appui documentaire.
En ce sens, «un bug où nous tombons est la surévaluation des domaines de connaissances de la langue et des mathématiques au détriment d'autres domaines comme l'éducation en plastique, l’éducation physique, la musique et la technologie. En fait, ils sont dans ces zones où s'appliquent ou peuvent s'appliquer de méthodologies innovantes, où l'élève apprend à savoir-faire et surtout à développer leur créativité et à compléter leur éducation globale..» (Rey, 2011)
Il est également essentiel d'encourager la réflexion et le dialogue sur l'Éthique et les valeurs, aider chaque élève à découvrir leurs talents (Robinson, 2009) et intelligences multiples (Gardner, 2003), canaliser l’émotion (éducation affective) et amour-propre, cultiver sa volonté et la confiance en soi, les intelligences multiples« qui ne peut être compris si l'on se souvient que l'étudiant peut être intelligent s’il peut aussi par exemple de contrôler son corps, de faire un dessin, créer une invention, et non pas le réduire à si écrit bien ou résoudre des équations...» (Rey, 2011)
L'action tutoriel de chaque enseignant à cet égard, et en particulier le travail de l'enseignant de la classe de chaque élève, est le substrat sur lequel de régler cette approche bimodale du curriculum.
Dans ce contexte, comme Mark Prensky nous pensons que ceux-ci devraient être intégrées dans un programme qui considère "5 meta-habilités que tous les curricula devraient  inclure: comprendre ce qu'il faut faire (avec un comportement éthique, penser de façon critique, les objectifs fixés ...); se fait (planification, résolution de problèmes, auto-évaluation ...) se fait avec les autres (prendre l'initiative, communiquer, interagir ...) ; se fait de façon créative (adaptation, recherche, design ...) et amélioration continue (penser, être proactif et prendre des risques) » (Prensky, 2011)

Peut-être que vous commencez?
 L'approche du curriculum bimodale peut être appliquée à tout moment, quel que soit le programme officiel prescriptif, car il n'interfère pas avec elle. Il implique de travailler dans un paradigme éducatif  différent dont les principes sont les suivants:
 - Accepter que nous sommes dans un monde de "i-Personnes», toujours connectés à Internet.
 - Considérant, dans le cadre d'une bonne action de tutorat, qu'il y a deux types d'activités d'apprentissage: les activités de mémorisation et les activités pratiques.
  - Permettre aux élèves de faire toujours des activités pratiques avec support  documentaire ("mémoire auxiliaire").
  - Offrir aux élèves au début de cours le vocabulaire et les données qu'ils auront à mémoriser et les activités pratiques qu’ils devront apprendre à la fin du cours.
 En attendant les autorités éducatives de procéder à un examen approfondi du curriculum officiel et le mettre à niveau les exigences de la société moderne, compte tenu de la notion de "i-Personne» et commencer à mettre en œuvre le curriculum bimodal  peut aider à fournir une meilleure éducation pour les étudiants et peut contribuer à réduire l'échec scolaire.
 Actuellement cette approche bimodale au curriculum est mis en œuvre dans 24 écoles en Espagne et 5 écoles en Amérique Latine, dans le cadre d'une recherche effectuée par le groupe de recherche DIM-UAB <http://peremarques.net/telefonica/> et parrainée par la Fondation Telefónica.
 Et jusqu'à présent, c'est tout. Je vous remercie de vos commentaires et suggestions sur le forum principal de le réseau social DIM <http://dimglobal.ning.com/>

Bibliographie
ADELL, Jordi. y CASTAÑEDA, Linda. (2010). Los Entornos Personales de Aprendizaje (PLEs): una nueva manera de entender el aprendizaje. Recuperado el 15-2-2012 en  <http://cent.uji.es/pub/sites/cent.uji.es.pub/files/Adell_Castaneda_2010.pdf>
AREA, Manuel. (2008) Innovación pedagógica con TIC y el desarrolla de las competencias informacionales y digitales. Investigación en la escuela nº 64, 5-18
CARR, Nicholas. (2010). ¿Qué está haciendo Internet con nuestras mentes? Superficiales. Madrid: Taurus Santillana.
CASTELLS, Manuel. (2000). La era de la información. La sociedad red. Vol.1 Madrid: Alianza.
GARDNER, Howard. (2003). La inteligencia reformulada. Las inteligencias múltiples en el siglo XXI. Barcelona: Paidós.
EL MUNDO (2011). Naciones Unidas declara el acceso a Internet como un derecho humano. Recuperado el 15-2-2012 en <http://www.elmundo.es/elmundo/2011/06/09/navegante/1307619252.html>
LA VANGUARDIA (2012). Las escuelas proponen exámenes con acceso a internet. Recuperado el 15-2-2012 en <http://www.lavanguardia.com/vida/20120123/54245244690/escuelas-proponen-examenes-acceso-internet.html>
MARQUÈS, Pere (2011). ¿Electricidad, velas u oscuridad? Reflexiones de un Google dependiente. Blog Chispas TIC y Educación Recuperado el 15-2-2012 en <http://peremarques.blogspot.com/2011/10/electricidad-velas-u-oscuridad.html>.
MARQUÈS, Pere (2011 b). Y la evolución humana sigue: ¿eres ya “i-Person”?. Tecnonews Recuperado el 15-2-2012 en < http://www.tecnonews.info/Y-la-evolucion-humana-sigue--eres-ya--iPerson-/_pE0Aj1BfZN7VtoFZxcYP-P8oHseGtVPsPnm-4Gx9fOuJDsPZhDjFS2ou5OiUHcUe>.
MARTÍNEZ-SALANOVA-SÁNCHEZ, E. (2009). De la Tierra al ciberespacio. Comunicar 33; 102-105.
OCDE (2009). PISA 2009 Programa para la Evaluación Internacional de Alumnos. Recuperado el 15-2-2012 en <http://www.stes.es/documentacion/informe_pisa/informacion_evaluacion_pisa_2009.pdf>
PARTAL, Vicent. (2001). Catalunya 3.0. Barcelona: Beta Editorial
PRENSKY, Mark (2010). Nativos e Inmigrantes Digitales. Madrid: Institución educativa SEK. Recuperado el 15-2-2012 en <http://www.marcprensky.com/writing/Prensky-NATIVOS%20E%20INMIGRANTES%20DIGITALES%20%28SEK%29.pdf>
PRENSKY, Mark (2011). Educar para el presente y el futuro. Escuela, núm. 3927, pag. 31
QUINTANILLA, Miguel Ángel (1995). Educación y tecnología. En RODRÍGUEZ, J.L.; SÁEZ, O. Tecnología Educativa. Nuevas Tecnologías aplicadas a la Educación. Alcoy: Editorial Marfil.
REIG, Dolors (2012) 12 cambios en el cerebro conectado. El caparazón. Recuperado el 15-2-2012 en <http://www.dreig.eu/caparazon/2012/01/14/12-cambios-cerebro/> 
REY, Roger (2011). Puntos de vista: Hacia un nuevo paradigma educativo: el currículum bimodal. Revista DIM, núm 21. Recuperado el 15-2-2012 en <http://dim.pangea.org/revistaDIM21/revistanewpuntosdevista.htm>
ROBINSON, Ken (2009). El Elemento: Cómo encontrar su pasión lo cambia todo. Madrid: Grijalbo.
ROMERO, Francesca; MARQUÈS, Pere (2012). La competencia léxica en el currículum bimodal. Revista Didáctica, Innovación y Multimedia, núm. 22 <http://www.pangea.org/dim/revista22>
SCHELEICHER, Andreas (2011) Cuando las escuelas entorpecen a sus estudiantes. Escuela, núm. 3915, pp. 3
SIEMENS, George (2004). Connectivism: A Learning Theory for the Digital Age. Elearnspace. Recuperado el 15-2-2012 en <http://www.elearnspace.org/Articles/connectivism.htm>
SPARROW, Betsy (2011) Google Effects on Memory: Cognitive Consequences of Having Information at Our Fingertips. Revista Science. Recuperado el 15-2-2012 en <http://www.sciencemag.org/content/333/6043/776>

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire